logo CFE CGC AGRO
logo CFE CGC AGRO
separation-header

Réforme des retraites : le droit à la pension de réversion menacé !

Le 29 novembre 2019

La Fédération Agroalimentaire appelle à se mobiliser dans le cadre du projet de réforme de retraites et souhaite informer ses militants et sympathisants concernant un point du projet de réforme passé inaperçu : la modification du droit à la pension de réversion.

Présenté par Jean-Paul Delevoye, Haut-Commissaire aux Retraites, le projet de réforme de retraites veut modifier les règles d’attribution de la pension de réversion. Tout d’abord, le nouvel âge butoir pour bénéficier des droits devrait être reculé à 62 ans contre 55 ans aujourd’hui pour un salarié du privé.

Avec le projet de réforme, la pension de réversion ne permettrait pas au conjoint survivant de dépasser 70 % de la somme des pensions des deux conjoints. En cas de décès de leur conjoint, les salariés de l’encadrement verraient donc leur pension de réversion limitée alors qu’aujourd’hui, elle est versée sans condition de ressources.

Les salariés de l’encadrement seraient particulièrement perdants. Ainsi, au sein d’une famille de cadres avec 6 000 euros de pensions[1], l’époux devenu veuf n’aura ainsi droit à aucune réversion, alors qu’il toucherait, dans le système actuel, 360 euros par mois.

Autre point de vigilance, la réforme prévoit que tout divorce prononcé à partir de 2025 fasse perdre le droit à réversion, alors qu’aujourd’hui, les divorcés peuvent la percevoir. D’après le rapport de Jean-Paul Delevoye, ce sera au juge de décider ou non de majorer une éventuelle prestation compensatoire. Il ne s’agira plus d’un droit mais d’une appréciation éventuelle d’un juge.

La Fédération Agroalimentaire CFE-CGC réaffirme son opposition au projet de réforme des retraites et appelle le gouvernement à prendre conscience de la nécessité d’apporter des réponses plus justes et plus opportunes en construisant un projet négocié avec les partenaires sociaux.

La Fédération Agroalimentaire CFE-CGC se joindra à la manifestation du 5 décembre prochain et invite ses sympathisants et militants à se mobiliser par quelque moyen que ce soit.

[1] Pensions nettes mensuelles de ce couple de cadres. Epoux : 4 200 euros ; épouse : 1 800 euros.

Télécharger au format PDF

Affiche Droit à la pension de réversion menacé