Agriculture

A Bucarest, du 27 au 29 août 2013
La CFE-CGC AGRO participe activement à un projet qui vise à favoriser l’accès à la formation professionnelle et syndicale pour aider les salariés à s’adapter aux changements dans leurs emplois.

Ce projet est mené par la fédération roumaine AGROSTAR. La Commission Européenne lui a octroyé une enveloppe de 113 000 Euros pour mener à bien l’étude et accomplir les objectifs suivants :

· Améliorer la connaissance et la compétence des fédérations syndicales participantes à promouvoir la formation professionnelle et syndicale dans leur pays.

· Echanger sur les méthodes et les bonnes pratiques qui contribuent à faciliter l’accès à la formation pour les salariés.

· Elaboration d’un guide « Formation professionnelle » à l’attention des salariés.

· Un rapport à la commission européenne identifiant les mesures recommandées par les fédérations syndicales pour promouvoir la formation professionnelle et syndicale.

4 organisations syndicales se sont affiliées à ce projet. Il s’agit d’IG BAU (Allemagne), la CFE-CGC AGRO (France), ALPHA (Italie), et FNSZ (Bulgarie). Du 27 au 29 mai à Bucarest, chacune de ces fédérations a présenté des dispositifs qu’elle souhaite développer dans leur pays pour améliorer la formation des salariés agricoles.

La CFE-CGC AGRO a présenté le dispositif ADEMA (Accès des Demandeurs d’Emploi aux Métiers Agricoles). Sous forme de stage d’acquisition des pré-requis aux activités et métiers de l’agriculture, ADEMA permet de découvrir la diversité des métiers en effectuant une immersion dans une entreprise agricole. C’est un dispositif qui connaît un fort succès auprès des demandeurs d’emploi (près de 85% des stagiaires confirment une orientation vers les métiers agricoles).
Notre organisation a également exposé le contrat de professionnalisation  pour lutter contre l’illettrisme. On estime que 15 % des salariés agricoles en France sont touchés par ce phénomène. Cela occasionne de nombreux problèmes au sein des exploitations tels que les accidents du travail, les baisses de productivité…
Ce type de contrat permet de former ou de qualifier les salariés n’ayant pas eu de formation de base; c’est un CDD ou CDI dont la formation dure 15 à 30% de la durée totale du contrat. Les étapes de financement sont réglementées et gérées par le FAFSEA (Fond national d’Assurance Formation des Salariés des Exploitations et entreprises Agricoles).

ALPHA a présenté la plateforme multimédia qui pourrait être destinée aux jeunes agriculteurs italiens afin  qu’ils puissent avoir accès à différentes formations sur Internet.

AGROSTAR et la FNSZ n’ont pas apporté de projet précis. Ils ont demandé davantage de fonds à la Commission Européenne pour faire un état des lieux de la demande de formation et mettre en place les dispositifs  pour y répondre.
IG BAU a évoqué le souci de financement pour la formation des leaders syndicaux. La fédération allemande souhaiterait la mise en place d’un cofinancement (FSE, région…) pour éviter que l’ensemble des frais soit à la charge des organisations syndicales.

A la fin de ce meeting, il a été décidé de retenir l’ensemble des propositions pour la présentation officielle  qui se déroulera à Bucarest du 27 au 29 août 2013.

Cette Conférence Internationale  vise à promouvoir la publication du guide et la diffusion des résultats de l’étude ainsi que les enseignements issus du projet. Les participants pourront diffuser les documents relatifs au projet sur leurs sites internet et publications.